Umbrella Academy, un petit air de violon ?

En 1986, 43 enfants voient le jour un peu partout à travers le monde mais seulement 7 d’entre eux sont dotés de pouvoirs surprenants. Sir Reginald Hargreeves, un inventeur richissime, par à leur recherche et adopte ces sept enfants dans le but de sauver le monde.  Les enfants grandissent et découvrent leur potentiel au sein de l’Umbrella Academy. Ils cumulent les exploits et les apparitions apparaissant comme des héros pourtant le groupe finit par se dissoudre; chacun suivant sa propre route. Quelques années plus tard, c’est l’enterrement de leur père qui va à nouveau les rassembler. Ce rassemblement n’est pas anodin puisqu’ils vont devoir faire face à une menace bien plus grande. Je ne parle pas de Cha-cha et Hazel qui ne sont à mes yeux qu’une menace mineure.

Il faut savoir que la série est adaptée des comics du même nom écrit par Gerald Way et illustré par Gabriel Bà. Les comics furent publiés par Dark Horse Comics. Delcourt a depuis publié les traductions françaises de ces comics.

the-umbrella-academy-cette-theorie-folle

Parmi les 43 enfants nés le même jour, ce sont ces enfants-là qui ont été choisi et adoptés :
#1 Spaceboy – Luther : Il possède une force et une résistance surhumaine
#2 Kraken – Diego : C’est un as du couteau et du combat rapproché.
#3 Rumeur – Allison : Elle pourrait vous faire faire tout ce qu’elle désire du moment qu’elle commence sa phrase par “J’ai entendu dire que…”.
#4 Séance – Klaus : Télé-kinésiste, il peut parler avec les défunts à condition d’être pieds nus.
#5 Numéro Cinq : Il peut voyager dans le temps.
#6 Horreur – Ben : Il possède des tentacules dévastateur. Il est mort mais apparaît régulièrement auprès de Klaus.
#7 La violoniste blanche – Vanya : Elle ne possède aucun pouvoir mais maîtrise le violon à la perfection. Elle est décrétée et traitée d’ordinaire tout au long de la série.

umbrella-academy-header

Déjà, ce qui m’a sauté aux yeux ou plutôt aux oreilles dans cette série, c’est la bande-son qui est juste magique. Pourquoi magique ? Et bien tout simplement parce qu’elle est complètement en décaler avec l’action. Pour vous donner un exemple, vous aurez le droit à une séquence de fusillade sur fond sonore de “Don’t stop me now”. Vous visualisez ? Et bien c’est ça tout du long et c’est excellent. Autre chose qui est excellente c’est le casting. On retrouve Robert Sheehan (Klaus) de Misfit qui est tout aussi “taré” que dans son rôle de Nathan Young, mais on retrouve aussi Ellen Page (Vanya) qui doit certainement vous rappeler le jeu de Quantic Dreams, j’ai nommé “Beyond Two Souls”. Ce n’est pas tout, on a aussi le droit à une belle prestation de la part de Mary J. Blige dans son rôle de Cha-cha ou encore Kate Walsh (La Gestionnaire) plus connu pour son rôle d’Addison Montgomery dans Grey’s Anatomy. On a donc là un casting plus qu’entraînant et plaisant !

the-umbrella-academy-photo-1057314-large

J’ai quand même noté deux/trois petites choses insignifiantes mais qui m’ont paru bizarres. Du genre : la puce qu’extrait Numéro Cinq de son bras mais qui ressort sans une seule goutte de sang… J’ai trouvé ça un peu gros. Ça m’a fait tiquer car ils en font un gros plan. Ensuite c’est sur certains effets spéciaux, certains son super bien réalisé et d’autres font tache. Certes on ne va pas se mentir, la plupart des effets, etc. sont faits via ordinateur mais je trouve ça dommage que dans la même série il y ait ces petits décalages.

Au final, si je dois retenir qu’une chose sur les 10 épisodes d’environ 50 min chacun c’est que je veux la suite, là, maintenant, tout de suite. Soyons sérieux. Vous aimez les super-héros, les histoires de famille et l’humour décalé ? Alors cette Série Originale Netflix est faite pour vous ! Comment ça c’est encore une originale : P. Je ne vous est rien dit ;).

crédit 3