World War Z, une invasion au programme

Un jour comme les autres, Gerry Lane et sa famille se retrouvent coincés dans un embouteillage monstre sur leur trajet quotidien. Ancien enquêteur des Nations unies, Lane comprend immédiatement que la situation est inhabituelle. Tandis que les hélicoptères de la police sillonnent le ciel et que les motards quadrillent les rues, la ville bascule dans le chaos.

world-war-z

Les gens s’en prennent violemment les uns aux autres et un virus mortel semble se propager. Les êtres les plus pacifiques deviennent de redoutables ennemis. Or, les origines du fléau demeurent inconnues et le nombre de personnes infectées s’accroit tous les jours de manière exponentielle : on parle désormais de pandémie. Lorsque des hordes d’humains contaminés écrasent les armées de la planète et renversent les gouvernements les uns après les autres, Lane n’a d’autre choix que de reprendre du service pour protéger sa famille : il s’engage alors dans une quête effrénée à travers le monde pour identifier l’origine de cette menace et trouver un moyen d’enrayer sa propagation.

World-War-Z-photo-zombies-1

En un film on suis toute les étapes pour enrayer une pandémie. Je ne suis pas très adepte de ce film malgré qu’il sois bien fout d’où ma note. Je sais être partial. Les zombies rapides changent de ce qu’on voit dans tous les films et séries. J’avoue que cela rend les choses plus crédible quand on y pense. Les zombies infecté depuis peu sont plus rapides, c’est qu’après décomposition qu’il se ralentisse alors que dans d’autres films et séries, les zombies sont lent dès le départ et s’accélère par la suite. L’histoire reste quand même du déjà vu, du réchauffer. C’est un peu l’histoire de tous les films zombiesques… La seule différence c’est qu’il trouve “un traitement” capable de protégé la population malgré que ce traitement soit complètement loufoque. Les effets spéciaux sont très bien fait.

Cela ne reste que mon avis mais je serai surprise d’avoir votre avis sur ce film.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :