Outlast II, bienvenue en enfer…

Un journaliste, Blake Langermann travaille avec sa femme Lynn Langermann, à la recherche de scoops horrifiques. Ils sont en mission afin d’élucider la mort mystérieuse d’une “Jane Doe”, c’est-à-dire une personne non-identifiée. En effet cette femme, d’ailleurs enceinte, aurait été retrouvée errante dans le désert d’Arizona. Mais en plein vol leur hélicoptère s’écrase et Blake se retrouve seul. En recherchant Lynn, il découvre qu’elle a été enlevée par le gourou d’une secte ayant la mainmise sur un village proche laissé quasiment à l’abandon.

Les développeurs affirment s’être inspiré des événements tragiques du massacre de Jonestown pour ancrer leur histoire dans un univers horrifique.

Chap1school1

Je vais commencé par salué le studio Red Barrels pour avoir respecté leur trames et surtout l’histoire du massacre de Jonestown. On prend ainsi conscience de la tragédie et de l’horreur qu’à été ce massacre.

En ce qui concerne le jeu, je l’ai adoré tout du long SAUF la fin. Mais vous nous avez fait quoi là ? Sérieux, le niveau est top tout le long avec une vrai cohérence et puis là vous nous lâchez une fin comme si rien ne s’était passé, comme si tous ces évènements n’étaient pas réels. Je dois avouer être rester sur ma faim. Je m’attendais à une fin genre on est sauvé et on voit ce qu’il se passe mais non, rien du tout, nada ! Je ne vous en dis pas plus parce que je risque de spoiler !

Ce jeu reste dure, il faut try hard pour réussir certains passages. Mourir et mourir encore avant de trouver le passage. Courir pour survivre aussi, c’est même devenu une philosophie de vie dans ce jeu. Disons que comme vous ne pouvez pas vous défendre, vous êtes d’une vulnérabilité sans nom et le meilleur moyen pour survivre c’est de courir. Évitez de mettre en pratique l’adage qui dit que la meilleure défenses c’est l’attaque parce que là vous êtes sûr de mourir. Mais je vous laisse essayé, chaque mort est différentes mais jamais vraiment drôle. Il ne faut pas croire, les réalisateurs ont quand même réussit à vous caler des pointes d’humours. Certes de l’humour noir mais cela reste de l’humour; faut le prendre au second degré. Aller, une petite citation pour la route : “Je comprend mieux comment Jesus à pu marcher sur l’eau [en voyant une bonne centaine de bébé mort dans l’eau]”. Je rappelle que c’est de l’humour même s’il n’est pas du goût de tout le monde, croyez moi que quand il vous la sort, vous souriez tellement vous êtes tendu devant cet univers effroyable. Dans ce jeu, la religion n’a pas sa place enfin si, chez vos ennemis parce que de notre côté, il est un peu partie très loin avec sa croix…

20170420230817_1-100720390-orig

Sa reste un très bon jeu d’horreur mais je dois avouer que la fin gâche tout. Je sais, je suis resté bloquée sur ça mais en même temps la fin d’un jeu peut tout foutre en l’air même si vous l’avez aimé pendant 10h. Ça ne vous ai jamais arrivé ? Je ne vous crois pas 😛 ! Je vous le conseille malgré tout et évidemment à faire dans le noir, le soir.

Faites comme moi, n’ayez pas peur et foncez toujours tout droit. En faite non, pas tout droit mais foncez ^^ !

POINTS POSITIFSPOINTS NEGATIFS
Les GraphismesCertains passages
Le GameplayLa Difficulté
L'AmbianceLa Vulnérabilité
L'HistoireLes ressources
L'humour

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :