Kiss me first, au delà du jeu !

 

kissmefirst on en parle (1)Le principe de cette série est vraiment bien trouvé. On se prend à cette protagoniste et on pourrait même s’y identifier. Leila, la fille douce mais en même temps passionnée est animée par cette dernière prête à tout pour réussir dans son jeu. Le refuge de l’Azana est même libératoire pour elle jusqu’à ce qu’elle en découvre les dérives avec un hacker plus doué qu’elle. C’est là que le plus gros de l’histoire commence, et je vais donc m’arrêter là afin de ne pas vous spoilers.

Niveau graphisme et mise en scène, il n’y a clairement rien à dire si ce n’est que les transitions sont superbement réalisées et qu’on se prend dans cette série qui est plus qu’immersive. Imaginez : un casque VR, cette série et c’est comme si on y était. Cette série conjugue parfaitement deux univers, celui de l’animation avec le réel. Je me suis beaucoup identifié à elle dans le sens où pour moi, le jeu vidéo est une échappatoire, un monde dans lequel je peux évoluer sans les diktats à proprement parler en dehors du respect d’autrui.

Felicity-Smoak.jpg

Concernant les personnages, j’ai une nette préférence pour Leila alias Shadowfax mais j’ai quand même beaucoup apprécié les autres qui ont chacun une histoire plus ou moins sombre. Le plus gros de cette série sera d’ailleurs tourné sur Leila et Tess ainsi que ce fameux hacker dont je tairai le nom. C’est d’ailleurs ce que l’on nous explique dans la série lorsque Leila sous la forme de Shadowfax décide de suivre Mania qui n’est autre que Tess dans une zone étrange et non répertoriée du jeu. On découvre alors différents avatars de joueur qui prône tous leurs différences vis-à-vis du reste des joueurs. Ils ne veulent rien faire sauf être heureux dans cette zone à l’abri des combats que propose l’Azana. À ce moment, on fait la connaissance de : Adrian, Mania, Tippi, Jocasta, Force, Calumny et Denier. Ce n’est que plus tard que Tess décide de rencontrer IRL Leila avec qui elle se liera d’amitié. À tout ce pèle mêle sera mêlé un jeune homme du nom de Jonty qui ne vise qu’à être acteur de métier. Il faut reconnaître qu’encore une fois Netflix s’illustre dans le choix de la distribution qui est irréprochable.

Kiss Me First Episode 1 sq080 Calumny Ramp Jump_FULL

Attaquons-nous à la bande-son qui est juste parfaitement élaborée pour cette série qui saura en charmer plus d’un. Comme dit précédemment, je la trouve immersive au point qu’il ne manquait plus que le casque VR pour que je me crois dans l’Azana aux côtés de tous ses joueurs. Une projection dans ce que sera l’avenir du jeu vidéo et de ses dérives possible.

En somme, c’est une série que je vous recommande fortement. Elle se laisse regarder facilement et assez rapidement puisqu’elle ne contient que 6 épisodes d’une durée d’environ 1h chacun. Je reste cependant perplexe quant au dénouement de la série et son final. Je serai curieuse d’avoir votre retour !

Est-ce que je désire une saison 2 ?
Pourquoi pas, cela pourrait nous montrer la suite et nous en apprendre plus. À vous les studios !

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :